Stressé(e) ?  Avoir « les jambes coupées », « un nœud à l’estomac », « une boule dans le ventre », « dans la gorge », « se sentir oppressé »…Gérer son stress, évacuer son stress, victime de stress, stress insurmontable…Ce phénomène (à l’origine naturel) est devenu le fléau de notre époque, symptôme de nos sociétés modernes. Et pourtant….

Comprenons ce qu’est le stress, avant de répondre si nous savons le gérer, le subissons ou le recherchons…

Le stress n’est pas forcement mauvais ni à fuir. Le stress est une réaction du corps face à un mouvement de l’esprit, à une représentation mentale, à un phénomène  qui apparait (extérieur ou intérieur).

Prenons un exemple : un lion affamé approche…Mon cerveau envoie un message d’alerte ! Mon corps se prépare pour pouvoir réagir ! L’hypothalamus stimule le centre de la glande surrénale qui sécrète de l’adrénaline pour rendre une action physique rapide possible: la respiration s’accélère, le rythme cardiaque augmente, les muscles se tendent, le cerveau est plus oxygéné pour penser plus vite (regarder le paysage autour de nous pour estimer les solutions, les sens sont aux aguets). Simultanément, l’hypophyse stimule l’écorce de cette glande qui sécrète du cortisol qui, en augmentant la synthèse du sucre dans le foie, nous permet plus d’endurance (il va falloir courir jusqu’à ce refuge si lointain).

C’est un système permettant à notre organisme de s’adapter à une variation du moment. Selye le définie comme « la capacité de l’homme à résister aux chocs, aux émotions, etc». Bon stress ? Quand il est moteur, qu’il nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes, dans un sentiment de bien-être, de maîtrise de l’action. Mais parfois, le stress est inhibiteur : il nous bloque, nous fige sur place, nous fait perdre nos capacités.

Par nos rythmes de vie (sur-stimulation sensorielle et décisionnelle, problèmes personnels, alimentation…),  par l’exposition trop importante aux écrans, nombreux sont ceux qui se trouvent dans des situations stressantes plusieurs fois par jour. Le processus se met en route alors que nous n’avons ni à courir, ni à grimper aux arbres pour rester en vie face au danger…Cependant, nous avons bel et bien produit en quantité de l’adrénaline et du cortisol…Qu’en faire ? Les situations vécues comme stressantes, si elles sont trop rapprochées, vont saturer le corps de ces hormones qui, par non usage, seront devenues des poisons pour notre propre organisme. Les symptômes peuvent être alors extrêmement variés.

Que proposent la Sophrologie et la Relaxation ?

Apprendre à  gérer ces situations et éviter de mettre le processus en route quand nous n’en avons pas besoin.

Grâce à des techniques de relaxation minute, vous pourrez retrouver un tonus musculaire juste et adapté et relâcher les tensions inutiles (nuque, trapèzes, mâchoires par exemple). Le Sophrologue vous ayant invité à vivre des situations stressantes de manière sereine, vous deviendrez confiant en vos capacités d’adaptation. Conscience et respiration deviennent les meilleurs alliés de votre autonomie, toujours disponibles.

Agir avant les symptômes, c’est mieux !

Si vous avez des symptômes que vous associez au stress, préférez consulter déjà un médecin qui déterminera si cela est le symptôme d’une maladie ou si vous devez gérer votre stress…